Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Prévention des risques psychosociaux

Si la souffrance mentale au travail a longtemps été refoulée, son expression, ce thème s’est banalisé. Pourtant ce phénomène n’est pas nouveau. Fatigue, stress, harcèlement, risques psychosociaux, ...  derrière ces termes, il s’agit toujours de la même chose. Il n’y a pas forcément plus de souffrance au travail, mais l’individualisation accrue et le délitement des collectifs ne permettent plus de réguler, de prendre en charge cette souffrance. Le terme risques psychosociaux regroupe ainsi les différents vécus négatifs du travail exprimés par les salariés. La notion de risques psychosociaux prend en compte toutes ces situations et les aborde dans le cadre de l’évaluation des risques professionnels.
Elle précise ainsi que la santé psychique ne peut se construire sans prendre en compte la dimension sociale du travail et les relations qui s’y nouent. La notion de risques psychosociaux exprime l’idée selon laquelle le travail, facteur essentiel de la construction de l’identité personnelle et sociale, de l’estime de soi, peut également, dans certains cas, être cause de mal-être.
Yves Clot, plutôt que de parler de risques psychosociaux, préfère d’ailleurs utiliser le concept de ressources psychosociales.
Les experts du collège, coordonné par Michel Gollac, chargés de définir des indicateurs en matière de suivi statistiques et des RPS à la demande du gouvernement définissent les RPS comme des « risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental ».