Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La souffrance au travail se manifeste le plus souvent sous la forme d’une plainte extrêmement  individualisée qui mêle anxiété, colère, sentiment d’isolement... Souvent, la personne ne comprend pas ce qui lui arrive et ne sait plus comment y faire face. Elle exprime ses difficultés sur le mode du conflit interpersonnel dans des formes très générales.
L’attention portée à ces demandes singulières, à ces expressions de souffrance au travail, doit nécessairement s’inscrire dans une démarche plus globale de compréhension des conditions de travail et de leur évolution, de compréhension des problèmes posés dans la réalisation du travail.

L’objet spécifique qu’est la santé mentale, nécessite d’agir avec une méthodologie se rapportant spécifiquement à l’être humain qui n’est pas une machine, mais un être affectif et de pensée. L’investigation passe par la parole des sujets : mettre en mots des maux. Cette méthodologie compréhensive et collective vise donc à relancer la « pensée » sur le travail.

« Entre la sourde oreille à la plainte et l’oreille complaisante à la victimologie, une autre écoute est possible qui vise à replacer les salariés et leurs représentants en positions d’acteurs » (Cru D.).

Notre intervention vise à mettre en place des conditions qui permettront aux différentes personnes ou aux collectifs, de saisir le sens des situations et des difficultés comme conditions minimales de dialogue pour retrouver la coopération et de penser autrement pour trouver des solutions nouvelles.